Pourquoi poser un isolant mince thermo-réflecteur ?

Pour rénover ou compléter l’isolation de vos combles ou de votre toiture, les isolants minces thermo-réflecteurs professionnels ISOTEC sont une solution simple, peu encombrante et très efficace en hiver comme en été.

Basé sur le principe de la couverture de survie bien connu de tous, les isolants minces multi-couches agissent comme autant de pièges à rayonnements thermiques qui renvoient la chaleur vers l’intérieur quand l’habitation est chauffée et qui atténue l’effet de surchauffe sous toiture par fort ensoleillement. Utilisé seul ou en complément d’un isolant existant (fibre de bois, laine minérale…), il crée une isolation polyvalente et performante pour toutes zones climatiques.

Les isolants ISOTEC sont conçus pour les professionnels de l’isolation utilisant des composants denses à hautes performances énergétiques et à très faible émissivité. Ils sont conçus et fabriqués en France (69) et répondent à la réglementation thermique RT2012 et à la certification européenne NF EN 16012 spécifiques aux isolants réfléchissants.(*)
(*) Éligibilité au crédit d’impôt CITE et TVA réduite si posés par un professionnel RGE en complexe isolant avec résistance thermique supérieure ou égale à R=6 m² pour les rampants de toitures.

Isoler simplement des combles aménagés en sous-rampant

L’isolation par l’intérieur sous charpente traditionnelle est très simple à réaliser avec l’ISOTEC 13LIN PRO ou l’ISOTEC 12PRO, tous deux écrans isolants pare-vapeur.

Il se pose agrafé ou cloué, tendu sous chevrons ou entre chevron. Il agit comme écran isolant et comme pare-vapeur étanche pour protéger votre toiture de l’humidité intérieure générée par les tâches de la vie quotidienne (cuisine, salle de bain, buanderie…)

L’utilisation en combles aménagés est particulièrement performante thermiquement, l’isolant multi-couches réflecteur confine le rayonnement calorique du chauffage vers l’intérieur de la pièce. De ce fait, la montée en température en combles et sous rampants est très rapide. La superposition des couches de ouate de polyester et de lin naturel lui confère de très bonnes propriétés d’isolation phonique avec une atténuation de l’ordre de 15 dB.

Selon le mode de pose et la qualité de l’étanchéité réalisée, la performance énergétique annuelle de l’isolant thermo-réflecteur ISOTEC pourra être comparée à celle de plus de 200mm de laine minérale.

Compléter efficacement l’isolation d’une toiture par l’extérieur

Lors de la rénovation de votre toiture (tuiles, charpente…), vous pouvez améliorer significativement votre isolation sans rehausse de toiture en choisissant de faire installer un l’écran isolant ISOTEC 12PRO ou ISOTEC 12PRO HPV à la place d’un l’écran de sous-toiture standard.

Posé tendu sur les chevrons ou directement au contact d’une volige, cet isolant vous permet de rendre votre toiture totalement étanche à l’air et à l’eau conformément la réglementation thermique RT2012.

L’étanchéité de ses membranes et ses propriétés de piège thermique permettent de confiner les calories de chauffage vers l’intérieur de l’habitation en hiver, et de limiter le réchauffement des combles par rayonnement solaire en période estivale. Sa face en feutre de lin posé coté intérieur de la charpente est régulateur d’humidité et supprime tout effet de paroi froide à l’origine de phénomènes de condensation.

Les mêmes principes de pose s’appliquent que pour l’isolation en combles. Après avoir agrafé les lés du bas vers le haut, étancher parfaitement les jonctions avec l’adhésif réflecteur fourni. Poser les contre-lattes, idéalement en 40x40m pour laisser l’écran prendre ses volumes d’air, puis les lattes et la couverture. Conformément au DTU pour les toitures en tuiles, une chatière sera posée tous les 20m² pour la ventilation de l’ensemble ou tous les 9m² à 12 m² dans le cas d’une toiture en ardoise.

Comment se pose un écran isolant ISOTEC ?

Très simplement, posé tendu sur chevron ou sur une surface continue avec des agrafes ou des clous. Voici quelques animations selon le support à isoler.

Isolation de toiture par l’extérieur
Ecran de sous-toiture réflecteur isolant ISOTEC 12PRO

Isolation de combles aménagés avec sous-rampants
Ecran pare-vapeur isolant mince ISOTEC 13LIN PRO

ISOTEC, qui sommes nous ?

Nous concevons, fabriquons et distribuons notre gamme d’isolants minces multi-couches pour les professionnels du bâtiment depuis 2007.
  • isolation de rampants de toiture extérieurs (écran de sous-toiture isolant en rénovation)
  • isolation de sous-rampants de toiture intérieurs (écran pare-vapeur isolant en aménagement de combles)
  • isolations de murs, bardages et bacs aciers (isolation des mur par l’extérieur)
Les isolants minces ISOTEC répondent à des exigences de hautes performances thermiques, hydrofuges et acoustiques. ISOTEC sélectionne des composants à très faible émissivité afin d’optimiser le coefficient de transmission thermique des différentes couches de matériaux isolants . Respectueux de la santé et de l’environnement, les isolants minces ISOTEC apportent performances et gain d’espace à vivre, avec une grande facilité de pose.

 

L’isolant mince, un isolant bien mal compris !

La thermo-réflexion, c’est le principe thermique des isolants minces réflecteurs.

Alors que la plupart des isolants utilises la propriété de conductivité thermique (cf FILMM, Wikipedia) qui lie la performance d’un isolant à sa capacité à conduire la chaleur en fonction de de son épaisseur, l’isolant mince utilise le phénomène de rayonnement thermique. Il va réfléchir le rayonnement émis par la source de chaleur, comme la couverture de survie dont on va envelopper un blessé pour le protéger du froid en piégeant sa propre chaleur.

Donc la performance d’un isolant mince ne dépend pas de son épaisseur ni de sa conductivité thermique comme les isolants certifiés par l’association ACERMI, mais bien de sa capacité à renvoyer le rayonnement thermique d’une source de chaleur (radiateur, cheminée) avec le minimum de pertes en énergie, c’est à dire avec une très faible émissivité. Cette propriété est mesurée par la certification NF CE 16012, qui établie une correspondance ‘normalisée’ avec la notion de résistance de conduction.

Pratiquement, un isolant réflecteur renvoie un rayonnement thermique, il ne chauffe pas par accumulation de chaleur mais en confine la source. C’est pourquoi, une pièce isolée avec un isolant mince montera très rapidement en température et limitera donc la quantité d’énergie nécessaire pour cela. En revanche, dès que la source de chaleur s’arrête, l’effet calorique se dissipe rapidement. Cette notion d’inertie thermique est appelée déphasage.

En résumé, la meilleure isolation est celle qui couple un isolant réflecteur performant au plus proche de la source de chaleur, complétée par un couche d’isolant à déphasage. C’est ce que nous appelons le complexe ISOTEC L+, qui permet une sensation de chaleur immédiate et une consommation énergétique optimale. Un isolant type fibre de bois ou laine minérale entre chevrons, complété par un écran haute performance ISOTEC en face intérieure ou extérieure, permettra d’obtenir des performances thermique (R>6) dans un minium d’espace.

Isolation en combles aménagés : R > 6 avec 80mm de laine minérale λ=0.032

ISOTEC L+ combles S

Isolations en rénovation de toiture : R > 6 avec 80mm de laine minérale λ=0.032

ISOTEC L+ toiture S

 

Les aides et subventions liées aux travaux d’isolation

Les isolants minces réfléchissants doivent être évalués selon la norme européenne NF EN 16012 pour être reconnus éligibles par certains dispositifs d’aides et subventions mis en place par l’administration au titre de la loi relative à la transition énergétique (crédit d’impôt CITE, Certificat énergie, TVA à taux réduit…).
ISOTEC, en complément de ses tests IN SITU réalisés sur le site de production, soumet ses isolants multi-couches thermo-réflecteurs de toiture aux tests de la norme NF EN 16012 par des laboratoires certifiés NF EN 45011.

 

Bon a savoir !

Il n’est pas rare de lire des commentaires à charge sur les isolants minces, voici quelques points à garder en tête lorsqu’on évalue un isolant thermo-réflecteur :
  • tous les isolants réflecteurs se valent ! Il n’est pas rare de trouver des matériaux à moins de 5€ du m² en grande distribution, et d’autres à plus de 25€ chez les professionnels. Comme dit plus haut, l’isolant mince tire ses performance de la qualité de ses réflecteurs à basse émissivité et des cavités d’air créées entre ces mêmes réflecteurs. L’épaisseur de ces cavités doit être comprise entre 5 mm et 10 mm, ce qui dépend des propriétés élastiques et de la densité des ouate qui la compose. On peut donc dire aisément qu’un produit à 19 ou 21 couches de densité 0.65 kg/m² d’émissivité 20% sera bien moins performant qu’un isolant 13 couches de 1.4 kg/m² à émissivité 5%.
  • des performances insuffisantes par rapport à un isolant classique ? L’isolant mince thermo-réflecteur sera très performant si il est posé dans les règles de l’art, c’est à dire totalement étanché de l’air extérieur et protégé des ponts thermiques par des lames d’air, comme le prévoit la réglementation thermique Rt20012. Notre protocole de tests réalisés IN SITU évalue nos produits sur le long terme et permet d’obtenir des résultats en conditions d’utilisation réelles. Le test analyse la consommation électrique de deux bâtiments témoins équipés d’une même climatisation réversible, l’un étant isolé d’écrans thermo-réflecteur ISOTEC 12PRO+, l’autre de 240mm laine de verre de conductivité thermique λ=0.04. Les deux bâtiments maintenus à la température intérieure moyenne de 19° sont soumis à une phase hiver avec des températures jusqu’à -10 et une phase été avec des températures jusqu’à +30. L’analyse des consommations d’énergie établie une équivalence de résistance thermique Re=6.3, les tests à la boite chaude de la certification NF CE 16012 établi un R de l’ordre de 3.56 m².K/W en situation réelle.
  • Isolation thermique – isolation phonique ? Plus un isolant est dense, plus ses performances acoustiques seront dégradées. Les nouveaux panneaux sandwich SARKING en polyuréthane en sont un bon exemple. Effectivement très efficace sur le plan thermique, et très couteux, il le sont d’autant moins sur le plan phonique. Les isolants ISOTEC 12PRO+ /ISOTEC 12PRO+HPV permettent d’attenuer de l’ordre de 15dB les nuisances sonores extérieures et peuvent se poser en complément de panneaux de polyuréthane.
  • il y a des phénomènes de condensation : les premiers isolants minces ont souvent été critiqués pour ce défaut devenu maintenant anecdotique sur des produits professionnels. Il est critique en effet de s’assurer sur toute rénovation que la ventilation est fonctionelle et adaptée à l’usage de l’habitation. Pour parer aux risques d’accumulation d’humidité et d’effets de paroi froide à l’origine du phénomène de condensation, les produits ISOTEC 12PRO+ et ISOTEC 12PRO+HPV sont doté d’un feutre de lin qui se pose coté intérieur de la charpente et qui joue le rôle de régulateur d’humidité sous la charpente. Si il persiste une doute sur l’efficatité de la ventilation installée, on choisira de préférence l’ISOTEC 12PRO+HPV qui permet d’évacuer l’humidité intérieure tout en restant totalement étanche.
  • les isolant minces qui n’ont pas de n° ACERMI ne sont pas éligibles au crédit d’impôt: c’est une idée très souvent avancée par les professionnels RGE qui le tiennent souvent eux même de leur organisme de formation… et c’est FAUX!
    Pour pouvoir prétendre au crédit d’impôt, à la TVA à taux réduit et aux autres aides telles que l’ANAH, il faut à minima que :
    – les isolants installés aient été certifiés soit par un n° ACERMI soit par une certification NF EN 16012 d’un laboratoire agréé dans le cas particuliers des isolants réflecteurs,
    – la résistance thermique cumulée des matériaux isolants installés soit au moins de R=6 pour les rampants de toitures (combles aménagés et isolation par l’extérieur)
    – la pose doit être assurée par un professionnel agrée RGE (nous pouvons vous fournir une liste de nos partenaires RGE)
    Vous trouverez les conditions d’applications du Code Général des Impôts, Article 18.
    Brochure pratique impôts 2017